Vite, un confinement « à la chinoise » !!!

« Ce que fait la France et d’autres pays ne sert à rien parce que les positifs sortiront toujours pour aller faire courses. Ce qu’il faut c’est ‘imiter le confinement « à la chinoise » avec des mesures beaucoup plus strictes. C’est inéluctable ». Ces propos du Dr Philippe Klein, directeur de l’hôpital international de Wuhan interrogé sur RMC en France, font froid dans le dos. Ils sont à écouter avec attention car, Philippe Klein a été au coeur de la bataille contre le Covid-19 en Chine. Vers un confinement pus strict, c’est ce qu’a annoncé de son coté, le Professeur Seydi du Service des Maladies Infectieuses de l’hôpital Fann, si la situation ne s’améliore pas.

S’il faut aller vers un confinement plus strict, pourquoi attendre ? Certains diront que cela est impossible au Sénégal car chaque jour une grande frange de la population est obligée de sortir pour faire manger leur famille. Le menuisier va à atelier à 9 heures et le premier client paye en réalité le déjeuner à la maison. C’est ainsi que le pays vit… au jour le jour.

Seulement, il faut le dire, les jours à venir sont incertains si la propagation du virus n’est pas freinée. Dés lors, le confinement total ne devrait plus être écarté. Pour le réussir, Il s’agit bien sur de mettre en oeuvres des mesures d’accompagnement stricts.  Il faut assurer à chaque ménage de quoi vivre et rester chez soi pendant au minimun 20 jours. C’est possible ! Le journaliste Jean Pierre Corréa invite les hommes politiques devenus subitement si riches de « payer leurs dettes au peuple ».

« L’occasion est idéale afin que certains utilisent leurs fortunes personnelles, celles qui leur valent leurs positions politiques, les rendant attrayant pour leurs militants, du fait de leurs supposées aisances financières, pour cette fois-ci aider leurs concitoyens les plus proches, de leurs localités ou de leurs régions respectives, à passer ce cap matériel qui va être douloureux » dit l’éditorialiste dans sa chronique Tam-Tam sur Kirinapost.

En lieu et place d’un téléthon plus spectaculaire qu’efficace,  il serait plus judicieux de demander à tout donateur, sous la supervision du préfet ou du gouverneur de s’occuper de sa région d’origine. Quant au fonds Force Covid-19 décidé, à juste titre, par le Chef de l’Etat, il serait pertinent d’en confier la gestion au clergé passé maitre dans la distribution d’aide en tout genre. On pourrait y associer des personnalités musulmanes et des acteurs de la société civile. En tout cas, il faut éviter les politiques. L’heure n’est plus à la partisanerie ou favoritisme. La Patrie avant le parti. La survie des populations en dépend  !

 

 

 

 

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *