TAM TAM: Communication en Crise…

 Le réel est nécessairement complexe, surtout lorsqu’il est scientifique. Et malheureusement, au Sénégal, l’opinion est ciselée par les « titrologues », ces milliers de personnes qui s’agglutinent face aux cordes à linge qui nous servent de kiosques à journaux, ne lisant que les titres vendeurs, s’en contentant comme vérité vraie, et allant forts de leurs certitudes, répandre ce qu’ils ont compris comme étant évidence biblique.

Dans ce pays singulier où l’on a pu croire à Cherif Charifou et autres balivernes sans sourciller, il est urgentissime de se dresser contre ce vent de fake-news aussi stupides que stupéfiantes qui agitent le landerneau médiatique, et mettent en péril tout l’engagement du Gouvernement à combattre le Covid-19, appelé Coronavirus.

Les autorités de notre pays ne contiendront l’épidémie qu’au prix d’une extrême rigueur dans la communication qu’ils adopteront et qui ne peut être qu’une Communication de Crise. Ne nous attardons pas sur la dernière saillie sortie de nulle part et qui voudrait qu’un vaccin aurait déjà été trouvé par l’Institut Pasteur de Dakar, et qui bien sûr serait déjà voué à attirer les chinois eux-mêmes !!!! C’est dire si on est balèzes !!!

Dans un pays où les citoyens pensent que Dieu ne parle QUE le Wolof, et qu’Il ne consacre Sa Bienveillance Divine qu’à atténuer nos turpitudes et nos coupables légèretés, il est temps que face au fléau qui nous guette, l’Etat Sénégalais prenne en mains une véritable communication de crise. Nous vivons dans l’ère du doute généralisé, de nos certitudes ancestrâles et d’une information « liquide. » Un doute que le Gouvernement doit réussir à endiguer par sa mobilisation et sa transparence par une communication de crise qui ne peut pas souffrir de la moindre approximation.

Les Sénégalais ont évidemment des raisons d’être désorientés : le mélange des genres entre l’information, le divertissement, l’influence et la publicité, la multiplication des rumeurs et des fakenews devenues un véritable marché peinent à nous convaincre de la légitimité des consignes face à la crise sanitaire. La communication est un art difficile en ce qu’elle réside souvent tant dans le traitement de l’incertitude que dans l’absence de diffusion d’information contradictoire. Au-delà du travail de pédagogie auprès de l’opinion publique, la refonte des mécanismes de communication autour du risque sanitaire est indispensable. Comment faire ? Quoi faire ?

Nous devrions ériger une cellule de crise permanente, avec tout ce que notre pays compte de scientifiques, de sociologues, de guides religieux ayant de la compassion et de l’empathie pour leurs fidèles, mais aussi, il est judicieux que cette cellule de crise s’adjoigne le concours du Synpics, de l’Association de la Presse en Ligne, pour que de manière quotidienne, soient exigés du monde des médias, la plus grande responsabilité, la plus extrême rigueur, le plus vif engagement de cette communauté, afin de ne pas permettre des égarements coupables et désinvoltes, qui seraient funestes pour l’avenir de notre Sénégal et tragiques pour la santé de nos populations.

Nous nous devons d’informer « JUSTE ET VRAI », de traquer les « INFOX » pour les dénoncer. Nous devons éviter cette légèreté qui nous est coutumière et qui pourrait aboutir, par exemple, et nous en sommes capables à créer la nouvelle « Danse Coronavirus » qui va faire buzz et fureur sur le lit de nos insouciances revendiquées et assumées. Nous devons exiger de nos « Leaders d’opinion », qu’ils se comportent comme tels, sans faire assaut et concours de celui qui donnerait le plus de millions, en affirmant dans le même temps, pour l’un d’entre eux, sublime bêtise, qu’il faudrait organiser un « CORONATHON » au CICES, preuve de leur non appréhension de la problématique.

Il serait en effet plus judicieux, s’ils étaient de vrais « leaders d’opinions » qu’ils achètent avec ce pognon qu’ils exhibent, sur les télés où sont diffusés leurs clips, des espaces de publicité, dans lesquels ils donneront à leurs fans des conseils de prudence, d’adhésion et d’obéissance aux solutions qui leur sont proposées, pour contenir ce virus qui est en train de bouleverser la planète entière. Même si nous sommes persuadés, bouffis d’arrogance que nous aimons être, que le Sénégal est à lui seul une Planète Singulière, autour de laquelle c’est connu, le Monde Entier tourne, prosterné devant tant de Saints et d’intelligences réunis. C’est vrai que Sénégal signifie pour certains : « Sans-Egal »…Ou plutôt « ça m’est égal ». C’est bien un communication en crise qui affole le chaland et qui installe le « ParanoVirus » dans nos esprits ouverts à tous les mauvais vents.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *