Sénégal: La Covid-19 hors contrôle

La Covid-19 s’est bien installée et au Sénégal et est entrain de se développer à une vitesse folle. Le professeur Seydi du service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann n’a cessé depuis le début de tirer sur la sonnette d’alarme.

Le Sénégal a perdu le contrôle « C’est trop tard on est en plein dedans ». Ce constat sur la situation de la covid-19 au Sénégal est terrible. Alors que les premières mesures prises au début de la pandémie avaient été saluées par tous, l’Etat à progressivement reculé, abdiqué devant une minorité bruyante qui demandait, ni plus ni moins, la levée des restrictions. Aujourd’hui, le transport inter-urbain est réouvert comme avaient été réouvertes, quelque temps plus tôt, les lieux de culte. Le fait est que l’aspect politique et économique ayant pris trop de place dans la gestion de cette crise d’abord sanitaire, son échec était quasiment acté. 

Interrogé par la chaîne TV5, le professeur Seydi a évoqué la multiplication des cas communautaires comme principale cause de la progression du virus. Des cas qui sont en train de dépasser le corps médical.

« Notre pays pouvait se départir du virus beaucoup plus tôt. Mais, les cas communautaires ont tout gâché. Cette contagion communautaire est là. On y est y est maintenant, c’est trop tard on est en plein dedans, ce qui veut dire que l’épidémie va durer plus longtemps que prévu » a déclaré un professeur désabusé et inquiet.

Pour Seydi, la maladie en soit ne les inquiètait pas parce que l’expertise pour sa prise en charge est là au Sénégal . Par contre, l’augmentation des cas communautaires conduit à une perte de contrôle de la propagation du virus.

Autrement dit souligne le spécialiste des maladies infectieuses, quand vous avez un cas communautaire, vous n’arrivez pas à remonter la chaîne de contamination. Alors, il suffit que ce genre de cas se multiplient,  pour que vous perdez le contrôle. C’est ce qui est entrain d’arriver.

C’est pourquoi dès le début, dans toutes ses sorties médiatiques, il n’a cessé de rappeler l’obligation qu’ a le Sénégal de maintenir les restrictions et la nécessité de sensibiliser davantage sur les mesures barrières, seules armes pour un pays pauvre comme le nôtre, incapable de faire face à une exposition de la maladie.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *