Quand est-ce qu’on valorisera notre expertise ?

L’entraîneur français Hervé Renard a été désigné « meilleur entraîneur africain 2018 », à l’occasion du gala des « CAF Awards », qui s’est tenu mardi au Centre International de Conférences Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio. 

Après ses sacres de 2012 et 2015, l’entraîneur du Maroc vient d’être désigné pour la troisième fois de sa carrière meilleur technicien du continent. Il devance Aliou Cissé, le sélectionneur du Sénégal. Le technicien français a été sacré sans doute pour sa performance : avoir réussi à qualifier les Lions de l’Atlas au mondial russe après 20 ans de disette. C’est louable et bravo à lui, mais si Aliou Cissé était couronné, personne n’aurait crié au scandale non plus. L’ancien capitaine des lions de la Teranga, devenu entraîneur du Sénégal, a réussi à installer durablement son équipe dans le peloton de tête du football africain (leader du classement FIFA). Même s’il est critiqué parfois, à juste titre, pour ses choix tactiques et sa façon de jouer, Cissé est le seul entraîneur africain à avoir gagné un match lors du dernier mondial, et sauvé un peu le bilan désastreux des équipes africaines en Russie. Quel formidable signe d’encouragement pour tous les techniciens africains aurait été son sacre ! Cela aurait pu constituer un clin d’œil aussi pour le pays hôte, qui ne pouvait pas voir objectivement Sadio Mané être couronné (même si l’événement se déroule sur sa terre natale) devant Mohamed Salah. Comme le dit El Hadji Diouf : « Sadio est étincelant dans son jeu mais Salah a été cette année plus décisif ». Par contre, au niveau des entraîneurs, il y a débat. La CAF a raté une belle occasion de magnifier l’expertise africaine, et inciter ainsi les fédérations du continent à oser faire confiance davantage aux techniciens de leurs pays. Notre objectivisme débordant doit être revu. « Qu’Aliou Cissé gagne la prochaine CAN et il sera couronné en 2019″,  a soufflé un observateur. Que Dieu l’entende ! Seulement, ce qu’il oublie c’est qu’il y a tellement peu de coachs africains sur les bancs des sélections du continent que voir un des leurs triompher relève quasiment d’une loterie. Tout y était cette année !

 

Crédits:seneactu.net

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *