« PROFESËR BI CI SENEGAAL ! » (Diaal Mbaay):LE SOUVENIR PARTICIPE DE L’ESPÉRANCE DE VIE…

À tata Maréma Touré et à Ibrahima Faye la fidèle « mémoire quotidienne » du professeur. Partie I : « Un air de papa »

Je suis devenu historien grâce au Professeur Iba Der Thiam. Je lui dois mon droit à la plume et à la voix, c’est-à-dire cette invite permanente à la participation effective, dont l’ultime sceau n’est autre que lui. Même si, je suis redevable de l’ensemble des enseignants de l’Ecole historique de Dakar (pour ne pas dire de l’ensemble de la communauté scientifique sénégalaise, toutes disciplines confondues), je porte sa marque, et des plus indélébiles. Je suis passionné de tout, jusqu’au degré zéro de la narration des « banalités » du quotidien.

J’avais entamé une démarche pensée et réfléchie. Celle de poursuivre et surtout de renforcer ma formation, sous l’aile de ceux qui pouvaient non seulement m’offrir la caution académique nécessaire, mais aussi les fibres éthiques et morales qui balisent toute aspiration.

Aujourd’hui, tous les témoignages, entendus et lus, convergent vers la générosité du professeur. Je ne pouvais pas ne pas en bénéficier, jusqu’à jouir de ses fruits. Oui ! Sinon, je n’allais jamais pouvoir poursuivre avec lui cette aventure si exaltante.

Je suis arrivé avec mon sujet déjà choisi auprès du responsable du DEA, le professeur Abdoulaye Bathily. Ce dernier avait proposé des thèmes dont l’actualité d’aujourd’hui discute, sans une vraie disputatio.

J’avais choisi le thème qui portait sur les conflits fonciers dans la vallée du fleuve (toutes rives confondues) de 1890 à 1989. Le travail devait aboutir à une étude critique (interne et externe) des sources, selon les directives scellées par le protocole du département. Cette démarche, permettait au candidat à la thèse de mieux appréhender le poids des documents écrits et oraux, supports indispensables, qui ne peuvent rendre compte de leur intelligibilité que par une analyse fine des faits et des événements selon certains critères. Critères qui demandent un recul conséquent, afin de mieux percevoir ce mouvement qui semble agiter le document… en tant que source.

Share

Il écrit et ne s'arrete jamais d'écrire. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages (essais & romans). Avec humour, philosophie, il raconte les lieux comme personne. Enseignant-Chercheur à UCAD, Abdarrahmane Ngaidé est un historien de formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *