La première édition de Dakar Music Expo (DMX) se déroulera du 29 janvier au 02 février. L’événement dédié à la création musicale africaine avec pour thème « Africa remix et nouveau talent » a pour parrains la star sénégalaise Youssou Ndour et la diva béninoise Angelique Kidjo qui vient d’ailleurs de recevoir un quatrième Grammy.

Dakar sera la capitale de la musique africaine à partir de ce mercredi. Pendant 6 jours, les professionnels de la musique vont se retrouver dans la capitale sénégalaise pour échanger sur les grands enjeux du secteur. Cela s’appelle le Dakar Music Expo. Selon Doudou Sarr, entrepreneur culturel et initiateur de l’événement, des concerts, des panels et des master-class seront au menu et vont réunir des acteurs culturels de premier plan comme le producteur, manager et tourneur français Alain Lahana l’homme aux 10.000 concerts ( Phil Collins, David Bowie, Iggy Pop, Férré, Rachid Taha, Tears for Feears, Lavilliers, Indochine, Carla Burni, Depeche Mode, Stéphane Eicher…) liste non-exhaustive.

À l’instar du MASA d’Abidjan, Atlantic music de Praia, Visas for music de Rabat, ou encore Moshito de Johannesburg, Dakar entend avoir sa plateforme dédiée à l’industrie musicale et participer ainsi au développement et au rayonnement du secteur dans le continent.

« Dakar Music Expo est une initiative pour répondre à un besoin: celui d’avoir à Dakar, un espace d’échange professionnel entre acteurs de la musique. Dakar, mis à part quelques rares initiatives, est un peu à la traîne en ce qui concerne les rencontres professionnelles. Avec mon travail j’assiste à beaucoup de salons sur la musique et je me suis dit à un moment pourquoi ne pas nous lancer et faire la même chose chez nous » renseigne Doudou Sarr par ailleurs manager de Youssou Ndour.

À Dakar, va être célébrée donc la création musicale africaine en réunissant les « grands noms d’aujourd’hui » et les « talents émergents » comme l’indique le communiqué officiel du DMX. Pour l’initiateur, il s’agit de valoriser les légendes de la musique et les donner en exemple à la jeune génération qui émerge. Il s’agit aussi d’offrir à toute la chaine de valeur de la musique, un cadre de partage et de discussions.

« Dans un tel événement, c’est toute la chaîne de valeur qui se retrouve. Des producteurs aux tourneurs en passant par les labels et les studios, tous se voient offrir une plateforme pour poser les débats autour de la musique » souligne M.Sarr.

Cette année, le pays invité d’honneur est la Colombie. Pour le patron du DMX, ce choix s’explique par les similarités qui existent entre l’Amérique latine et l’Afrique en termes d’organisation.

« Nous sommes dans l’optique d’encourager la coopération sud-sud, parce que l’Amérique Latine était au même niveau que l’Afrique en termes d’organisation dans la chaine de valeur, de mutualisation, les mêmes réalités musicales. Ils ont pu surmonter beaucoup de ces défis en s’organisant. Ils ont une association des managers, des producteurs, des bookeurs, une floraison de festivals et de spectacles » soutient-il.

La première édition du Dakar Music Expo, n’est pas à rater. Mercredi à 20 heures, en ouverture, de jeunes talents de la scène vont être célébrés. Ça sera à l’institut Français de Dakar, partenaire de l’événement. Jeudi, rendez-vous au Pullman pour découvrir Bolero and African Groove: spectacle garanti. Vendredi, retour à l’Institut Français où les femmes seront à l’honneur (et une surprise de taille nous souffle t-on ). Dans la même soirée, les spectateurs pourront assister à la première sortie du Big Band, un groupe composé de musiciens sénégalais ayant travaillé pour l’essentiel avec Youssou Ndour et qui rendront hommage au patrimoine musical africain. Enfin samedi, pour un cachet encore plus populaire, un grand concert-Sabar aura lieu dans les rues de la Medina (rue 6) avec le fabuleux Guis Guis Bu Bess.

Le programme DMX première édition

 

©DMX

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *