Jacques Diouf: Dix pensées pour la vie

Jacques Diouf, ancien Directeur General de la FAO a consacré sa vie à soutenir les plus vulnérables. « Agriculture et dialogue interculturel: Notre héritage commun », cette phrase qu’il a inlassablement répétée montre combien, il était attaché à la terre et à la sauvegarde du patrimoine le plus cher au monde: la vie. Kirina vous laisse avec 10 pensées profondes de l’agronome. Tantôt prophétiques, souvent graves, toujours empathiques, ses mots inspireront sans aucun doute, les vivants et les futures générations.

« Nous devons avoir l’intelligence et l’imagination de concevoir des politiques de développement agricole, ainsi que des règles et mécanismes assurant un commerce international non seulement libre, mais aussi équitable » 2008-(Sommet de l’eau Syrte)

« Personne ne peut supporter de voir l’image d’un enfant qui risque de mourir de faim. Nous ne souhaiterions pas ça pour nos enfants, je ne vois pas pourquoi on accepterait ça pour les enfants des autres. La faim n’est pas une question de charité, c’est une question de justice »2011- (Sécheresse Corne de l’Afrique.)

« L’Afrique n’utilise que 4% de ses réserves d’eau, alors qu’aujourd’hui, il n’y a que 7 % des terres arables qui sont irriguées. Sur les 93% des terres qui restent la production agricole dépend de la pluie. S’il ne pleut pas, s’il pleut trop, s’il pleut trop tard, on n’a pas une production agricole. La maitrise de l’eau incombe aux peuples et aux dirigeants politiques. C’est une question d’affectation des ressources du budget national »2011- (interview Euronews)

« L’exemple le plus symptomatique des menaces climatiques sur l’Afrique est sans aucun doute le Lac Tchad et sa catastrophe humaine et environnementale annoncée. En une trentaine d’années, il a en effet perdu près des 90 pour cent de sa superficie, mettant ainsi en péril les moyens d’existence des populations locales. Il y a urgence. » 2008- (Sommet de l’eau à Syrte). Quelques années après ses propos, Boko-Haram tient en otage la région...

« Lorsqu’on ne trouve pas chez soi les conditions minimales pour survivre, naturellement vous allez les chercher ailleurs. Il y’ a eu la ruée des irlandais vers l’Amérique lorsqu’il y’a eu la crise de la pomme terre, il y’a eu la ruée des italiens vers l’Argentine et le reste de l’Europe.  Je répète lorsqu’on ne trouve pas chez soi les conditions minimales pour survivre, on les cherche ailleurs. »(2011-interview Euronews)

« Pour l’aide alimentaire nous avons besoin de 44 Milliards de dollars par an. On dépense chaque année 1340 Milliards de dollars pour acheter des armes. On ne peut pas dépenser 44 Milliards pour la vie ? Voilà le problème. Il est morale, il est éthique et il est politique.« (2011-interview Euronews)

« Avec des ressources mondiales de platine, manganèse, or, bauxite, uranium, pétrole et gaz, l’Afrique est incontournable dans le développement économique de la planète. Ce potentiel minier et énergétique ne deviendra cependant réalité que s’il est mis au service de l’émancipation économique de ses populations, si l’Afrique se libère du joug de la faim et de la malnutrition. Pour cela, elle doit vivre dans la paix et dans l’unité. »2009- (Discours devant les évêques réunis au Vatican à l’occasion de l’Assemblée synodale sur l’Afrique.)

« La gestion de la cité dans les États doit se faire dans la démocratie, la transparence, la primauté du droit et l’application de la loi par une justice indépendante, devant laquelle tous les citoyens sont comptables de leurs actes. L’économie doit créer la richesse et la prospérité au profit du peuple, notamment des personnes les plus déshéritées et les plus vulnérables. »2009- (Discours devant les évêques réunis au Vatican à l’occasion de l’Assemblée synodale sur l’Afrique.)

« Le football est un sport regardé partout à travers le monde. Il est important que les sportifs soient sensibilisés afin qu’ils prennent conscience qu’on ne peut être sportif quand on a faim. » 2011(Cérémonie remise d’un don de la Fédération Française de Football à la FAO )

« Permettez-moi de finir cette intervention en vous citant ce verset coranique: “Lorsque nous voulons détruire une cité, nous ordonnons à ceux qui y vivent dans l’aisance, de se livrer à leur iniquité” (Sourate Al-Isra, Verset 16). Puisse notre monde éviter ce naufrage! » 2009- (Discours devant les évêques réunis au Vatican à l’occasion de l’Assemblée synodale sur l’Afrique.)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *