Covid-19 : le laboratoire guadeloupéen Phytobokaz fait une découverte mondiale

C’est une grande découverte que viennent de faire les laboratoires Phytobôkaz de Guadeloupe. Ils ont découvert que l’herbe à pik, issue de la pharmacopée traditionnelle, aurait la capacité de contrarier la reproduction des virus à ARN dans l’organisme. Et donc de soigner la Covid-19.

Le labo à la base de la découverte sur le coronavirus

C’est à l’occasion du Forum de la Santé tenu à la Région-Guadeloupe, le 11 février dernier, que le pharmacien et docteur en pharmacognosie Henry Joseph, connu pour ses travaux sur la  pharmacopée traditionnelle, a révélé l’efficacité de l’extrait d’une plante endémique issue de la biodiversité guadeloupéenne sur l’immunité innée face au coronavirus. C’est une découverte mondiale.

Des extraits de l’herbe à pic (Zèb a Pik), issue de la pharmacopée traditionnelle guadeloupéenne, avaient la capacité d’inhiber la voie de biosynthèse de novo des pyrimidines, et notamment la quatrième enzyme de cette voie métabolique qui est la Dihydroorotate déshydrogénase (DHODH). Voie indispensable et obligatoire pour la réplication du virus a ARN. En clair, l’herbe à pic aurait la capacité de rendre les cellules hôtes du virus hostiles à son développement et à sa reproduction » a avec émotion soutenu le docteur.

Interrogé par Eclair TV,  le scientifique a dit toute sa satisfaction et surtout sa reconnaissance envers ses ancêtres et leurs savoirs tant négligés.

« Je suis très ému, parce que je pense à mes ancêtres qui ont souffert et qui nous ont laissé ce savoir qu’on a tendance à dénigrer. Et pour ce savoir, je leur dis merci. Je suis fier d’être guadeloupéen. Aujourd’hui, la planète devra compter sur la Guadeloupe » a t-il indiqué.

D’après le laboratoire Phytobokaz, cette découverte serait une bonne alternative pour la réponse antivirale. « L’immunité innée permet la défense de l’organisme contre les agents infectieux de façon immédiate. À l’inverse, l’immunité adaptative (vaccins), production d’anti-corps spécifiques, confère une protection plus tardive, mais plus durable à condition que l’agent pathogène ne mute pas trop en variant », renseigne le chercheur.

Alors que les laboratoires mondiaux se sont intéressés au virus et ont dirigé leurs recherches vers « l’immunité acquise » notamment par le vaccin, les recherches de Phytobôkaz se sont concentrées sur les cellules même de l’organisme.

« Tous les chercheurs se sont intéressés au vaccin. Notre stratégie nous a conduit à ne pas nous focaliser sur le virus, mais davantage à la cellule hôte. C’est ainsi que nous avons découvert qu’il existe une voie métabolique dans la cellule. Quand vous bloquez une voie métabolique où le virus est obligé de passer pour se démultiplier, c’est comme si vous mettez un masque dans la cellule. C’est ce que nous avons réussi, avec des moyens très modestes. On ne s’est pas intéressé à l’immunité adaptative avec les vaccins. On a ciblé l’immunité innée » a expliqué le scientifique guadeloupéen.

« La planète devra compter sur la Guadeloupe » Dr Henry Joseph

En effet, pour prospérer correctement, le virus a besoin d’une cellule à coloniser et corrompre jusqu’à encourager sa reproduction anarchique dans le corps. C’est ce phénomène qui déclenche des alertes biologiques et rend l’individu malade. Phytobôkaz a donc cherché à savoir si, dans notre biodiversité, des plantes pourraient être capables de renforcer les cellules afin d’empêcher toute cohabitation du virus. Cette découverte est fondamentale pour réduire l’impact de tous les virus à ARN sur les populations (dengue, chikungunya, coronavirus, rougeole).

Pour arriver à ce résultat, Henry Joseph pharmacien et Docteur en pharmacognosie a travaillé avec Damien Bissesar, jeune chercheur et docteur en chimie basé aux États-Unis. Ils ont été accompagnés dans leurs travaux par le CNRS de Montpellier.  Devant l’importance de la découverte, les laboratoires Phytobôkaz ont dés le 10 février dernier déposé le brevet.

Il est plus que temps que l’Afrique se tourne résolument vers les savoirs ancestraux et que les gouvernants investissent dans le secteur. Alors que le coronavirus continue de faire des ravages au niveau mondial et que partout le débat sur la pertinence des vaccins est agité, la médecine traditionnelle doit être davantage consultée et prise en compte. C’est un devoir et une urgence !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *