Bolivie : La Fake News d’une fraude électorale, source d’un Coup d’État militaire

Un examen attentif des données électorales boliviennes suggère que la première analyse de l’OEA (l’Organisation des États américains) qui a soulevé des questions de fraude électorale – et a contribué à l’éviction d’un président – était erronée. Source : New York Times

Cette élection était la plus serrée depuis des décennies : Evo Morales, le premier président indigène de Bolivie, se présentait pour un quatrième mandat, face à une opposition qui le considérait comme autoritaire et peu disposé à abandonner le pouvoir.

Lorsque le décompte préliminaire des voix a commencé, le 20 octobre 2019, les tensions étaient vives. Et lorsque le décompte s’est arrêté – soudainement et sans explication – avant de reprendre le lendemain, Evo Morales disposait tout juste du nombre suffisant de voix pour remporter la victoire.

Au milieu des soupçons de fraude, des protestations ont éclaté dans tout le pays, et la communauté internationale s’est tournée vers l’Organisation des États américains – invitée à observer les élections – pour obtenir son appréciation.

Pour l’organisation, « un changement inexplicable » avait « modifié radicalement le sort de l’élection« . Cela avait alors renforcé les doutes sur l’équité du vote, avant d’alimenter une série d’événements qui ont changé l’histoire de la nation sud-américaine. L’opposition s’est emparée de la déclaration de l’OEA pour intensifier les protestations, recueillir le soutien international et pousser Evo Morales à quitter le pouvoir grâce au soutien de l’armée.

Aujourd’hui, une étude menée par des chercheurs indépendants, utilisant des données obtenues par le New York Times auprès des autorités électorales boliviennes, a révélé que l’analyse statistique de l’Organisation des États américains était elle-même défectueuse.

Selon les chercheurs, la conclusion selon laquelle les suffrages obtenus par Evo Morales ont fait un bond inexplicable reposait sur des données incorrectes et des techniques statistiques inappropriées.

« Nous avons examiné attentivement les preuves statistiques de l’OEA et avons trouvé des problèmes avec leurs méthodes« , a déclaré Francisco Rodríguez, économiste et professeur d’études latino-américaines à l’Université de Tulane. « Une fois ces problèmes corrigés, les résultats de l’OEA disparaissent, ne laissant aucune preuve statistique de fraude« .

M. Rodríguez a mené cette étude avec Dorothy Kronick, experte en politique latino-américaine à l’Université de Pennsylvanie, et Nicolás Idrobo, doctorant dans la même université et co-auteur d’un manuel sur les méthodes statistiques avancées. Leur étude est un document de travail qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs.

Les auteurs affirment que leur analyse ne porte que sur l’analyse statistique des résultats du vote par l’OEA et ne prouve pas que l’élection a été libre et équitable. En fait, il y a eu beaucoup de problèmes documentés concernant le vote.

Dans une tentative de réprimer les protestations déclenchées lorsqu’il a revendiqué la victoire, Evp Morales a demandé à l’OEA de mener un audit électoral « contraignant ».

Le rapport de 100 pages qui en a résulté, publié en décembre, contenait des preuves d’erreurs, d’irrégularités et d’une « série d’opérations malveillantes » visant à altérer les résultats. Il s’agissait notamment de serveurs de données cachés, de reçus de vote manipulés et de signatures falsifiées, qui, selon l’organisation, l’empêchaient de valider les résultats de l’élection.

L’OEA a trouvé des preuves de falsification d’au moins 38 000 votes. Evo Morales a revendiqué la victoire absolue avec une marge de 35 000 voix.

« Il y a eu fraude – mais nous ne savons tout simplement pas où et combien« , a déclaré Calla Hummel, une experte bolivienne de l’Université de Miami qui a assisté à l’élection et analysé les résultats de l’OEA.

« Le problème avec le rapport de l’OEA c’est qu’ils l’ont fait très rapidement« , a déclaré le Dr Hummel. Cela a façonné le récit de l’élection avant que les données ne puissent être correctement analysées, a-t-elle dit. Cette affirmation initiale de l’OEA est précisément ce que les universitaires contestent dans leur étude.

La chute d’Evo Morales a ouvert la voie à un gouvernement intérimaire de droite, dirigé par Jeanine Añez, qui n’a toujours pas rempli son mandat concernant la supervisation de nouvelles élections. Le nouveau gouvernement a persécuté les partisans de l’ancien président, étouffé la dissidence et s’est efforcé de consolider sa mainmise sur le pouvoir.

Sept mois après la chute d’Evo Morales, la Bolivie n’a pas de gouvernement élu ni de date officielle pour les élections.

L’OEA a déclaré qu’elle s’en tenait à son analyse statistique, car elle a réussi à détecter les premiers signes de fraude.

« C’est un point discutable« , a déclaré le chef des observations électorales de l’organisation, Gerardo De Icaza, en réponse aux questions soulevées par la nouvelle étude. « Les statistiques ne prouvent ni ne réfutent la fraude. Les preuves tangibles comme les déclarations de sondages falsifiées et les structures informatiques cachées le font. Et c’est ce que nous avons trouvé« .

L’accusation initiale de l’organisation est venue juste après les élections les plus contestées en Bolivie depuis le retour de la démocratie dans les années 1980. Pour se présenter pour un quatrième mandat, Evo Morales a contourné les lois, a rempli le conseil électoral de loyalistes et a ignoré les résultats d’un référendum qui lui interdisait de se représenter.

Prétendant que les résultats des élections d’octobre n’étaient pas fiables, certains dirigeants de l’opposition ont déclaré qu’ils paralyseraient le pays si Evo Morales déclarait la victoire.

Pour leur part, les partisans d’Evo Morales, en grande partie indigènes – craignant un retour des politiciens conservateurs d’origine européenne – ont juré de défendre leurs acquis politiques à tout prix.

Le département d’État américain a rapidement réagi à la déclaration de l’OEA, accusant les responsables électoraux de tenter de « subvertir la démocratie bolivienne ». Carlos Mesa, le principal candidat de l’opposition, et Luis Fernando Camacho, l’un des principaux chefs de file des manifestations, ont tous deux cité la déclaration de l’organisation pour justifier leurs appels à l’action de rue.

« L’OEA, en tant qu’observateur, a ratifié les doutes que tous les Boliviens avaient et l’inquiétude que leur vote ait été violé« , a déclaré M. Camacho dans une allocution vidéo le 22 octobre.

Alors que les manifestations s’intensifiaient, Evo Morales a commencé à perdre le soutien des forces de sécurité. Un filet de défections gouvernementales s’est transformé en une inondation.

Evo Morales, visiblement hagard, est passé à la télévision nationale pour proposer de nouvelles élections, mais il était alors trop tard. Le même jour, les militaires lui demandaient de se retirer. Il a fui en exil peu de temps après.

« L’OEA a fini par noyer toute légitimité que les résultats du vote auraient pu avoir« , a déclaré Gonzalo Mendieta, un éminent chroniqueur bolivien.

Dans son audit des élections, l’organisation a déclaré avoir trouvé une « tendance très improbable dans les derniers 5 % du décompte » qui a poussé Evo Morales au-dessus du seuil de la victoire directe, sans second tour.

Les auteurs de la nouvelle étude ont déclaré qu’ils n’étaient pas en mesure de reproduire les résultats de l’OEA. Ils ont déclaré qu’un changement soudain de tendance n’apparaissait que lorsqu’ils excluaient les résultats des isoloirs à traitement manuel et à déclaration tardive.

Cela suggère que l’organisation a utilisé un ensemble de données incorrect pour parvenir à sa conclusion, ont déclaré les chercheurs. La différence est significative : les 1 500 isoloirs exclus représentent la majeure partie des votes finaux que l’analyse statistique de l’OEA juge suspects.

De plus, les universitaires ont déclaré que l’organisation a utilisé une méthode statistique inappropriée qui a artificiellement créé l’apparence d’une rupture dans la tendance de vote.

Le consultant de l’OEA qui a effectué leur analyse statistique, le professeur Irfan Nooruddin de l’université de Georgetown, a déclaré que la nouvelle étude présentait ses travaux sous un faux jour et était erronée. Il n’a pas fourni de détails et n’a pas partagé ses méthodes ou ses données avec les auteurs de l’étude, malgré des demandes répétées.

Pour sa part, M. De Icaza, de l’OEA, a déclaré que, d’une manière générale, les données des dernières élections en Bolivie étaient trop imparfaites pour tirer des conclusions significatives.

« Vous faites un exercice statistique sur des documents qui sont falsifiés« , a-t-il déclaré. « La question n’est pas de savoir si les faux chiffres s’additionnent. La question est de savoir s’ils sont faux ou non – et ils le sont. »

 

Source : New York Times et Les Crises.fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *