Fiche de renseignements du colon sur le soufi Cheikh Ghazouani (1912)

Moussa Aïdara. Fiche de renseignements établie par les colons français en juillet 1912 sur le soufi et résistant Cheikh Ghazouani (1866 – 1919) grand-père de l’actuel Président de la Mauritanie. 

Moussa Aïdara, Khalife de Cheikh Saadna

Moussa Aïdara, Khalife de Cheikh Saadna

Nous (médias et), Moussa Aïdara, Khalife de Cheikh Saadna et spécialiste de la spiritualité islamique, avons l’honneur de partager avec vous ce document que nous avons trouvé dans les archives de la France coloniale qui s’agit d’une fiche de renseignements sur Cheikh Ghazouani, grand-père de l’actuel président mauritanien, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ould Cheikh Ghazouani.

La fiche est établie le 15 juillet 1912 par l’administration coloniale à Atar dans le cercle d’Adrar.

Ce document regorge d’informations précieuses sur l’homme, sa personnalité, son parcours et sur les difficultés confrontées au début à l’Est de la Mauritanie et sur sa voie soufie qu’il incarnait.

Contenu du document original

• Date de naissance : 1866

• Lieu de Naissance : Ouedjeft

• Résidence Habituelle : Letfatar (Tagant)

• Religion : Musulmane

• Secte confrérique : Chadiliya (Ghoudf)

• Par qui il a été initié dans le soufisme : par son frère Cheikh Mohamed Mahmoud

L’intéressé a-t-il fait le pèlerinage ?

Non, mais il désire vivement effectuer ce voyage.

Le Cheikh reçoit-il des cadeaux (adiya)?

Pas de renseignements à ce sujet. Le Cheikh habitait presque toujours le Tagant et ne venait dans l’Adrar que pendant l’hivernage pour demeurer vers Toukarkar près du tombeau de son père.

Renseignements sur sa famille, sa généalogie et son origine.

Petit fils de Cheikh Sidi Ahmed, lequel est venu dans l’Adrar, il y’a un demi-siècle (en 1862), chassé par sa tribu les ideïboussat du hodh en raison de son ascétisme et des pratiques religieuses qu’il enseignait. Son wird (invocation divine) était si difficile (puissant) qu’il rendait fou (folie spirituelle, être ravi en Dieu par l’effet de la contemplation Divine) la plupart de ses disciples.

Fortune, ressources

Il possédait de nombreux troupeaux de bœufs. Paraît avoir une fortune assez élevée mais le cercle manque de données à ce sujet dans les biens du Cheikh étant au Tagant.

Événements auxquels il a pu prendre part avant notre arrivée dans le pays.

Il n’a commencé à jouer un rôle politico-religieux qu’à la mort de son frère (Mohamed Mahmoud) en 1910.

Situation actuelle, relations intérieures et extérieures

Il paraît avoir une influence réelle sur les tribus ideiboussat, Smacides d’ouedjeft et sur quelques fractions des Taganit.

Attitude vis-à-vis de l’autorité coloniale

Esprit curieux, le Cheikh Ghazouani fréquente volontiers le poste de Moudjeria (Cercle du Tagant) et entretenait de bonnes relations avec les autorités du Tagant et de l’Adrar.

Valeur intellectuelle

Très intelligent, il a fait de sérieuses études sous la direction de son frère mais depuis qu’il a hérité de la Baraka paternelle, il a délaissé les sciences officielles pour les pratiques ésotériques (Mystique, soufi)

Connaît-il notre langue (le français)

Non

Ses disciples

Les tlamids de Cheikh Ghazouani se classent en deux catégories. Ceux qui veulent se livrer à l’étude complète de la science officielle (Coran, Grammaire, Droit) et ceux qui après avoir appris le wird s’adonnent dans les pratiques ascétiques et dans la contemplation de Dieu.

Ce qu’on peut attendre de lui ou craindre de lui ?

À surveiller pas à cause de ce que le cheikh pourrait entreprendre contre notre politique mais plutôt ses disciples auxquels il a conféré le wird.

Commentaire:

Ici les colons français qui ont établi cette fiche de renseignements en 1912, craignent les disciples du cheikh car les adeptes de sa confrérie avaient assassiné Coppolani  en 1905( le Faidherbe de la Mauritanie).

Ce document découvert dans les archives par Cherif Moussa Aïdara montre que le grand-père du Président de la Mauritanie Cheikh Ghazouani était un chef spirituel, intelligent, très relationnel et que ses disciples furent des résistants contre l’occupation coloniale.

Par Cherif Moussa Aïdara issu de la famille religieuse de Cheikh Limam Hadrami, spécialiste de la spiritualité islamique et actuel Khalife de Cheikh Saadna.

Share

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.