Love Letter to the Future (OMAR VICTOR DIOP)

Omar Victor Diop est un photographe sénégalais dont les autoportraits créatifs revisitent des moments historiques où fils et filles d’Afrique ont survécu, prospéré ou ressuscité, dans des contextes historiquement difficiles. Son travail a été exposé dans le monde entier. Il vit à Dakar, au Sénégal. (Source: /www.nytimes.com/)

Je suis le plus jeune fils de deux parents qui ont vécu la fête de l’indépendance du Sénégal. En 1960, maman et papa sont devenus citoyens de leur propre rêve.

Il est né avant la Seconde Guerre mondiale, l’honorable premier fils de mon grand-père, qui était un employé travailleur et digne d’une entreprise coloniale française. Un bon élève, Papa, comme nous l’appelons affectueusement, est devenu l’un des premiers comptables agréés que ce pays ait jamais compté parmi ses citoyens.

Elle est née en 1944, la seule fille qui est allée à l’école parmi ses nombreuses sœurs, une étudiante A tout au long de ses nombreux diplômes, allant du droit à la linguistique, et une gracieuse guerrière qui n’a pas choisi entre être mère de six et être un cadre supérieur dans le secteur privé. Elle a fait les deux avec grâce.

Mais ils ne sont pas nés citoyens de la République du Sénégal, comme mes frères et sœurs et moi. Nous n’avions pas à aspirer à l’indépendance: nous sommes nés avec un passeport, le nôtre.

Je réfléchis souvent à la façon dont un tel événement dans la vie le change. Le simple fait de se réveiller sénégalais le 5 avril 1960 a-t-il eu un impact sur les jeunes professionnels instruits de la première génération que devaient devenir mes parents? Qu’ont-ils décidé de laisser derrière eux? Qu’ont-ils fait pour avancer dans leur nouvelle vie sénégalaise?

Je ne sais pas ce qu’ils ont laissé, mais je sais avec certitude ce qu’ils ont fait, car c’est le fondement de mon identité sénégalaise. J’en ai été nourri dès le premier jour.

Une confiance inconditionnelle dans l’avenir. Un amour absolu pour l’avenir. Je le partage avec les gens sur ces photos. Je le vois. Je le vois dans chaque paire d’yeux sur chaque photo.

J’ai vu ce regard sur le visage de ma mère quand je ramenais de bonnes notes à la maison. Je l’ai vu en face de mon père lors de mon premier vote, lors des élections présidentielles de 2000 au Sénégal. Ma maman avait le même look quand je suis revenue de Paris avec un master qu’elle a payé avec ses économies (parce qu’elle savait que l’avenir lui donnerait ce jour-là). J’ai vu ce regard sur leurs deux visages lorsque j’ai obtenu mon premier emploi.

Ce beau regard est une proclamation de leur amour et de leur confiance en l’avenir. C’est ce que nous faisons. N’oubliez pas que, chaque fois que vous voyez l’un de ces portraits.

Aujourd’hui, j’en profite pour écrire solennellement mon paragraphe dans cette histoire d’amour sans fin avec l’avenir.

Comme les personnes gracieuses sur ces photos, j’ai foi.

J’ai foi en notre capacité à nous pardonner de ne pas être là où nous pensions être, 60 ans après 1960; construire une nation et une république qui fonctionne prend du temps. J’ai foi en notre capacité de voir que nous avons fait de grandes choses, rester ensemble en paix étant le plus grand d’entre eux. Et enfin, je sais que comme le photographe sénégalais Roger daSilva, j’aurai l’honneur d’assister à la grandeur de mon peuple plein d’espoir, d’élégance et d’avenir.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *