Le numérique, le grand tournant de l’agriculture africaine

L’Afrique possède une importante réserve de terres arables inexploitées. En effet, 60% environ des terres arables non cultivées à l’échelle mondiale se trouvent en Afrique subsaharienne. Le secteur agricole, une activité centrale de son économie, contribue à plus de 62% au PIB du continent et emploie plus de 60% de la population africaine. Le continent s’offre aussi une richesse et une diversité naturelle unique au monde, mais loin d’être mise en valeur comme il se doit.

Le continent constitue un vaste espace de développement pour les TIC. Toujours dépendant d’une agriculture encore traditionnelle, le secteur est en mesure de se moderniser rapidement grâce aux apports du numérique, des nouvelles technologies ou des énergies renouvelables. Le secteur, avec notamment la touche digitale, est aussi en mesure de placer l’Afrique en pionnière sur les solutions de demain en la matière.

Mais il est important de souligner que ce qui a été, jusqu’ici, considérée comme étant une relative faiblesse pour le continent africain, peut être redéfini comme un atout et, plus important encore, une des solutions les plus rapides pour nourrir et employer des millions de personnes et les sortir de la pauvreté.

Les nouvelles technologies, en particulier dans le domaine des TIC, offrent de nouveaux moyens de garantir et d’amplifier le succès. Pour saisir cette opportunité, il sera indispensable de changer la perception du développement du secteur pour passer de «l’agriculture en tant que mode de vie » à « l’agriculture en tant qu’activité entrepreneuriale », dit-on auprès des analystes.

Ces derniers restent d’ailleurs unanimes : les technologies est en mesure d’offrir aujourd’hui des solutions numériques adaptées aux besoins locaux des populations africaines et les aider à améliorer leur productivité.

L’Afrique devrait d’ailleurs profiter de la hausse de la demande mondiale en matière de produits agricoles pour développer le secteur agricole.

Important de souligner que l’Agriculture en Afrique se distingue par un paradoxe qui lui est propre : le continent abrite 60% des terres arables non exploitées du monde, mais il dépense annuellement 45 milliards de dollars en importation de denrées alimentaires. Ce chiffre pourrait même atteindre 110 milliards de dollars en 2025. Des solutions numériques peuvent aider à résorber cette carence.

Important de noter aussi qu’actuellement en Afrique, 256,5 millions de personnes souffrent de malnutrition.

Ainsi, les outils dont dispose le continent ne permettent pas aujourd’hui d’exploiter la totalité des ressources à disposition. Ce qui justifie de loin l’option digitale pour une agriculture souveraine, durable et éco-friendly.

Share

Alpha Waly Diallo est un spécialiste en Relations Internationales. Il a séjourné longtemps au Maroc et en Afrique du Sud. À Johburg il a même rencontré Madiba ... Diplômé D'Etudes Supérieures en Commerce et Administration des Entreprises (DESCAE), ce consultant et chercheur réputé est un habitué des sommets continentaux sur le développement, la démocratie et la gouvernance. Passionné de géopolitique, Alpha disséque pour Kirinapost les frémissements de la marche du monde. E-mail : alphawally@yahoo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *