L’art de s’asseoir…

SIIRANG, TOOGUKAAY, JOODORGAL, MIG-AYDEH TOUS SONT DEVENUS « SIIS »…

Une chaise « hors d’usage » = deux bancs handicapés… dont les moignons sont posés sur elle (comme des avirons !), en tant qu’elle demeure, elle-même, le prototype de l’handicap.

Celui qui les frappe tous les trois, jusqu’à les unir… ensemble…, dans leur handicap (ordures en usage..), et finir par co-produire l’équilibre nécessaire pour s’asseoir sereinement… deviser sur ce singulier train qui transporte les événements du quotidien.

L’art de s’asseoir ne dépend point de la qualité du matériau et/ou de la noblesse de l’étoffe qui recouvre l’objet, qui finit par supporter un poids…. comme une injonction pour le respect des «poids et des mesures» !

Moralité : « Il faut exiger un regard attentif aux nuances de toutes les formes de vie. Il faut opposer aux identités factices, aux fausses permanences, à la destruction de l’expérience et aux pluralités indifférentes, indolores et dé-liées qui marquent la culture contemporaine ce maniérisme des pratiques, cet avenir des nuances, des modalités et des singularités. »

Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être, Paris, 2011, p. 24.

PS :
-Siirang (mandingue)
-MiG-aydeh (naar ganaar)
– Siis est paronyme d’un certain comportement peu enviable, surtout en ce mois béni !

Excellent dimanche

Amen !

Share

Il écrit et ne s'arrete jamais d'écrire. Avec humour, philosophie, il raconte les lieux comme personne. Enseignant-Chercheur à UCAD, Abdarrahmane Ngaidé est un historien de formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *