Dabakh en dix pensées

le khalife Abdoul Aziz Dabakh est retourné vers son Seigneur le 14 septembre 1997. Depuis ce jour, les Sénégalais dans leur immense majorité, ne cessent de se remémorer les bonnes actions et les sages paroles de ce chantre de la paix. Savant, érudit, poète, diplomate, entrepreneur, militant engagé et profondément sénégalais, Serigne Abdoul Aziz Sy était d’une dimension rarement égalée. L’homme a durant toute sa vie, travaillé pour être à l’abri du besoin et des corrupteurs fortunés. Le khalife était toujours proche du peuple. Détaché de tout esprit clanique, confrérique ou religieux chaque fois que l’humain était en jeu. En cela, il était un véritable citoyen du monde et s’intéressait à toutes les nobles causes en quelque endroit de la planète que ce soit.Il était toujours l’avocat des oppressés et des faibles. D’ailleurs, pendant son califat, Tivaouane fut le lieu de convergence des syndicats, des mouvements d’élèves et étudiants et de toutes les associations qui avaient maille à partir avec les autorités publiques. Formidable régulateur social, avenant et plein d’égards, sa maison était le gîte du pauvre, le refuge de l’orphelin et l’école de l’apprenant. D’innombrables crises sociales se sont dénouées grâce à sa médiation. Dabakh est sans conteste, aujourd’hui encore, le guide religieux dont les propos sont les plus rappelés lorsque le pays connaît des troubles. Oui, le peuple reconnaît en lui, ce Conseil, cet homme d’État qui lui fait tant défaut en ces moments difficiles et incertains. Serigne Abdoul Aziz Sy, en fin observateur de la société, nous a légué des réflexions puissantes sur la foi, la justice, le travail, la paix, la solidarité ou encore sur l’éducation. Mame Abdou en dix pensées susceptibles d’aider notre pays à faire face aux défis actuels et tremblements du monde.

 « Tu es le Miséricordieux ! Tu es la Suprême clémence ! Montre à mon peuple, composé de Tes serviteurs, comment Ta pitié s’exerce, et, écarte de lui tout ce qui l’effraie ou l’apeure. »

« La justice étant l’un des attributs sublimes de Dieu, Il nous l’a prescrite comme une règle de vie et d’action. En conséquence, osons condamner, ce qui est condamnable sans crainte du qu’en dira-t-on. Dire la vérité ne vous fera pas mourir. »

« Nous devons coopérer avec tous les pays du monde en cultivant la paix et la concorde. Mais soyons toujours fiers de nos vaillants ainés et guides. Portons en bandoulière partout notre foi et notre culture. »

« Le témoignage étant une affaire d’une extrême gravité, ne témoignez qu’en toute certitude. Si un doute, fût-il unique persiste dans votre esprit, ne donnez votre témoignage que lorsque vous serez sûr et certain de ce que vous allez annoncer ou révéler. »

« N’élève ta personnalité, ton origine, ton rang social ou ta fortune devant quiconque ; au contraire, honore chaque être que Dieu a crée parce que tu vois à travers lui un acte de Sa toute Puissance. Imite en tout le Prophète (PSL) comme le Saint Coran nous le recommande, si tu veux être sûr de ne pas te tromper. »

« Cessez de couvrir d’un manteau d’inaccessibilité et d’impunité les malfaiteurs qui persécutent un peuple sans défense. Les vrais fautifs doivent tous être sanctionnés et les innocents relâchés, car telles sont la loi et Ia justice. »

« Notre Sénégal est si petit, qu’on aurait pu, en pensant à la taille de l’univers, Ie comparer à une assiette. Ne le cassons pas et soulevons-le de nos mains unies.Travaillons chaque jour à sa prospérité et éloignons-nous de la paresse. »

« Aujourd’hui,  une des manifestations les plus douloureuses de l’injustice consiste, par cupidité, par corruption, ou par sentimentalisme, à donner raison à celui qui a le tort de manière flagrante.  Entre le corrompu et le corrupteur qui est meilleur ? »

« Nous les marabouts falsifions la traduction du Coran et des hadîths pour de l’argent et des privilèges. Les gouvernants font la sourde oreille sur tout. La corruption et le trafic de faux billets augmentent. Plus personne ne s’occupe du pauvre. Les films deviennent de plus en plus obscènes. La vertu est rejetée et le vice célébré. Tel est le monde vers lequel nous nous précipitons. » 

El Hadj Abdoul Aziz Sy Dabakh (1904-1997)

Khalife General des Tidianes de 1957 à 1997

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *