BACHIR DIAGNE,TU PERMETS ?

Boubacar Boris Diop (texte paru sur Seneplus). Souleymane Bachir Diagne a enfoncé une porte ouverte – Aurait-il voulu suggérer que la belle réputation de Cheikh Anta Diop est largement surfaite qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

En avril 2018, le philosophe Souleymane Bachir Diagne publiait dans la revue Chimurenga de Cape Town un article en anglais intitulé ‘’In the Den of the Alchemist’’. ‘’L’antre’’ en question, c’est le laboratoire de Carbone 14 de l’IFAN où ‘’l’Alchimiste’’ – Cheikh Anta Diop – solitaire et quasi halluciné, n’en finit pas de se demander pourquoi diable le réel refuse de se plier à ses injonctions. L’exercice est délicat mais Bachir, se gardant de toute hostilité manifeste, sait s’imposer une distance ironique. Cela ne l’empêche ni de se laisser surprendre par des accés de tendresse ni de frôler par moments le dénigrement pur et simple. C’est le cas lorsqu’il dénie à l’auteur de Nations nègres et culture, la paternité du laboratoire de Carbone 14 conçu, nous dit-il, par Théodore Monod et concrètement mis en place par Vincent Monteil ; le philosophe rappelle surtout la mention ‘’honorable’’ – disqualifiante – ayant sanctionné la thèse de Diop en Sorbonne, sans un mot sur le contexte idéologique et politique de cette soutenance très particulière.

Bachir Diagne vient d’en remettre une couche au détour d’un entretien daté du 2 juillet 2019 avec une universitaire du nom de Elara Bertho. Voici, pour ceux qui ne l’auraient pas lu, ce qu’il y déclare : “J’ai deux petits coups de griffe en passant contre Cheikh Anta Diop : premièrement, je me moque un peu de lui avec les mathématiques parce que ce n’est pas si compliqué de traduire la relativité en wolof ! Deuxièmement, il est beaucoup plus jacobin et français qu’il ne le croit parce qu’il veut une langue unique. Cela n’a pas de sens d’avoir une langue d’unification : pourquoi le projet devrait-il être un projet qui imite l’Etat-Nation, c’est-a-dire être homogène avec une seule langue, de manière centralisée ?’’

On peut s’étonner de voir tourner ainsi en dérision, soixante cinq ans après la publication de Nations nègres et culture, les efforts de Cheikh Anta Diop pour démontrer l’égale capacité d’abstraction de toutes les langues du monde, y compris du wolof. Diop a simplement voulu prouver par ces traductions tous azimuts – ‘’La Marseillaise’’, un résumé de la théorie de la relativité d’Einstein, un extrait d’Homère, etc. – que, très précisément, ‘‘ce n’est pas si compliqué que cela’’, pour reprendre l’expression un rien sarcastique de Bachir Diagne. Il est curieux que le sens de cet exercice lui ait échappé ; il s’agissait pour le grand savant de dire, sans puérile fanfaronnade, aux jeunes chercheurs africains : ‘’si j’ai réussi à traduire en wolof tel texte supposé être d’une farouche abstraction, c’est parce qu’il n’y a rien de plus facile, faites-le vous-mêmes dans vos propres langues !’’ Le moins que l’on puisse dire donc, c’est qu’en s’essayant pour une fois à l’humour, Souleymane Bachir Diagne a enfoncé une porte ouverte. Aurait-il voulu suggérer que la belle réputation de Cheikh Anta Diop est largement surfaite qu’il ne s’y serait pas pris autrement.

Le fait que l’on ne soit pas de l’avis de tel ou tel penseur ne saurait bien évidemment avoir rien d’anormal ou de choquant. Du reste, Cheikh Anta prisait tout particulièrement le débat contradictoire. Très souvent attaqué de son vivant, parfois avec une violence chargée de haine, il a toujours mis un point d’honneur à réagir en nommant l’un après l’autre ses détracteurs (Réponse à quelques critiques) afin de mettre à nu leur malhonnêteté intellectuelle ou leur ignorance ; de même n’a t-il pas hésité à faire face, en compagnie de Théophile Obenga, aux plus éminents d’entre eux au ‘’Colloque du Caire’’ dont il avait formellement exigé la tenue en 1974.

Mais au moins ces contradicteurs marquaient-ils clairement leur désaccord. On ne peut en dire autant de Bachir dont l’élégant badinage ne formule jamais rien de précis sur le travail de Cheikh Anta Diop. Cette prudente réserve est un véritable tour de force puisque In the Den of the Alchemist est, à ma connaissance, le seul texte qu’il ait jamais consacré à Diop.

Il aura fallu attendre sa discussion avec Elara Bertho pour l’entendre exprimer sans ambiguité une divergence de vue avec l’auteur de Civilisation ou barbarie à qui il reproche de prôner une langue unique. Ce volet de l’interview est le bienvenu en ce qu’il offre une intéressante possibilité d’échange. On fera tout d’abord remarquer que l’accusation faisant de Diop l’avocat d’une langue unique est, pour dire le moins, infondée. Voici en effet ce qu’il écrit à ce sujet dans Nations nègres et culture (Pp 405-406) : ‘’On oublie… que l’Afrique est un continent au même titre que l’Europe, l’Asie, l’Amérique ; or, sur aucun de ceux-ci l’unité linguistique n’est réalisée ; pourquoi serait-il nécessaire qu’elle le fût en Afrique.

 

Source: Seneplus

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *